Le président du Leem, l’organisation représentant les entreprises françaises du médicament, a critiqué mercredi la décision de la ministre de la Santé de sanctionner financièrement les fabricants de vaccins qui ne mettraient pas en place des plans de gestion des pénuries.

« Ce n’est pas en sanctionnant les industriels que l’on va résoudre le problème des ruptures d’approvisionnement de vaccins, mais en clarifiant l’offre et la demande » en France, a estimé le président du Leem, Patrick Errard, lors d’une cérémonie des voeux à la presse à Paris.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a invité mardi les laboratoires produisant certains vaccins sur lesquels des ruptures d’approvisionnement sont observées depuis plus d’un an, comme le BCG ou la coqueluche, à mettre en place des plans de gestion des pénuries, notamment en constituant des stocks réservés à la France, sous peine de sanctions financières.

Mme Touraine prévoit de réunir les industriels d’ici fin janvier sur ce sujet, attendant d’eux des « propositions concrètes pour qu’il y ait assez de vaccins disponibles dans les pharmacies tout au long de l’année ».

« Il y a rupture d’approvisionnement quand il n’y a pas de lisibilité » de la demande, a rétorqué M. Errard. Or la politique vaccinale française est « tantôt sur un pied droit, tantôt sur un pied gauche », avec la coexistence de vaccins obligatoires et recommandés, contrairement à la plupart des autres pays, a-t-il pointé.

La ministre a elle-même reconnu mardi que cette particularité française était « source de confusion ».

Par ailleurs, la demande de vaccins « n’est pas franco-franchouillarde, elle n’a pas de frontières », a encore rappelé le président du Leem.

Derbies Geox amp Richelieus 9IhHk84JLD Près de 80% des vaccins distribués dans le monde sont fabriqués en Europe, et la France et l’Allemagne se partagent le gros du marché. Environ 85% des vaccins produits en France sont exportés, selon le Leem.

M. Errard a toutefois jugé « bonne » la démarche de Mme Touraine en matière de rénovation de la politique vaccinale en France, car elle vise à « clarifier les choses, à informer et rassurer » l’opinion publique sur le bien-fondé de la vaccination, ainsi qu’à « harmoniser » la politique vaccinale nationale avec les autres pays européens.

Le Leem est également revenu mercredi sur le nouvel accord-cadre annoncé lundi entre l’industrie pharmaceutique et le CEPS, l’organisme interministériel chargé de fixer les prix des médicaments.

La création prévue d’un comité de pilotage paritaire de la politique conventionnelle du médicament est « une avancée extrêmement importante », a salué Philippe Tcheng, président de la commission des affaires économiques du Leem.

Diverses mesures pour accélérer la commercialisation de médicaments innovants, ainsi qu’une garantie de la stabilité des prix sur cinq ans pour certains d’entre eux, contribueront à « élaborer un cadre attractif pour les investissements » pharmaceutiques en France, a ajouté M. Tcheng.

Toutefois le président du Leem a invité l’Etat à aller encore plus loin pour sortir de sa vision « comptable » et « court-termiste » du système de soins, afin de lui permettre de s’adapter aux innovations thérapeutiques et technologiques majeures.